Ecuald

Lama Shang (1123-93)

Les anglo-saxons ont beaucoup de chance puisqu’ils peuvent aisément lire les traductions anglaises d’une multitude de profonds textes tibétains. Ainsi THE LIBRARY OF TIBETAN CLASSICS patronnée par SS  Dalaï Lama et dirigée par géshé Thupten Jinpa a publié de nombreux textes essentiels des 4 écoles tibétaines. En particulier a été publié en 2010 MAHAMUDRA AND RELATED INSTRUCTIONS ; Core teachings of the Kagyü Schools.

Parmi ces remarquables textes écrits du 11ème au 18ème siècle figure L’ultime et suprême voie du Mahamoudra de Lama Shang (1123-93). Ce texte important du deuxième dans la lignée Tshalpa Kagyu (l’une des « quatre grandes » lignées Marpa Kagyu) est largement cité dans de nombreux autres textes consacrés au Mahamoudra, en particulier dans l’Océan de Certitude du neuvième Karmapa Ouangtchouk Dorjé où on ne trouve pas moins de 10 citations de Lama Shang principalement (exclusivement ?) tirées de ce texte profond. J’en ai traduit de l’anglais quelques extraits.

« Cette luminosité pure sans élaboration de la vraie nature est primordialement naturellement présente sans accroissement ni décroissance. »

« Le Dharmakaya immuable qui est présent de la même façon n’est rien d’autre que votre propre esprit. »

« Aussi longtemps qu’il y a dualité voyeur et vu, il est impossible de réaliser la vraie nature non-duelle. »

« Même ce que je suis en train de dire ne peut pas le saisir. Comprends que c’est comme un doigt montrant la lune. »

«  L’esprit est comme la flamme d’une lampe : il est auto-connaissant et auto-illuminant.
L’esprit a l’essence de l’illumination : il a la nature de la luminosité.
L’esprit est comme une rivière : il est un continuum constant.
L’esprit est comme l’espace : il n’y a rien qui puisse être identifié. »

« Aussi avisés soyez-vous à contempler et analyser les mots, si vous ne pratiquez pas, rien ne va émerger de l’intérieur.

Donc, ne restez pas attachés à la sagesse académique des mots mais pratiquez les instructions du gourou. »

« Tant que les pensées n’ont pas cessé,
il est impossible d’éviter les préoccupations concernant les jours à venir. »

« Le désir pour les nombreuses complexités
obscure la sagesse naturellement présente. »

« La noirceur des concepts n’a jamais existé dans la nature de l’esprit,
et ainsi on l’appelle luminosité. »

« Ne regardez pas les objets extérieurs.
Ne regardez même pas votre propre esprit. »

 

« Quand apparait le premier stade de quiescence,
les pensées apparaissent sans arrêt.

Ensuite, l’esprit ralentit et les pensées diminuent,
devenant comme une rivière s’écoulant lentement.
Puis l’esprit va rester au repos, sans mouvement et stable
comme les profondeurs de l’océan.
Puis les expériences vont venir :
expériences de clarté, non-pensée et félicité,
comme le centre de l’espace pur.
Il y a auto-illumination sans distraction,
Comme la flamme d’une lampe non troublée par le vent

Il y a lucidité, vivacité et aise

Il y a transparence et pureté…

Il n’y a pas de fin pour les mots tels que ceux-ci.»

 

« La survenue de la sagesse de la réalisation
ne vient certainement pas par le désir,
elle ne vient pas par la puissance d’analyse,
elle ne vient pas par une grande érudition,
et est au-delà de la vision des enseignants.

La non-pensée obtenue en arrêtant la pensée,
aussi profonde et puissante soit-elle,
est un grand obscurcissement qui empêche la naissance de la sagesse. »

« Ou s’en est allé le nirvana, l’élimination du samsara,
d’où est-il venu et où est-il allé ?
Comme tout le reste, ils étaient des phénomènes oniriques. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *